Logo CSS
Logo XHTML
Stats
visiteur(s) en ligne
350952 visiteurs
17 visiteurs aujourd'hui
88 fiches Star Wars

Partenaires

Logo KW
Tous les partenaires






VAISSEAUX & ENGINS > FRÉGATE D'ESCORTE NEBULON-B EF76


Encyclo




Fiche de données

nebulon

Constructeur :
Kuat Drive Yards
Longueur :
300 mètres
Largeur :
72 mètres
Hauteur :
166 mètres
Accélération maximale :
1 200 G
Vitesse maximale :
800 km/h
Hyperdrive :
Classe 2
Autonomie :
2 ans
Équipage :
- 77 officiers
- 66 artilleurs
- 75 troupes
- 773 recrues
Armement :
- 12 turbolasers
Taim & Bak XI7
- 12 canons laser Borstel RH8
- 2 projecteurs de rayons tracteurs Phylon Q7
Affiliations :
- Empire Galactique
- Alliance Rebelle
- Nouvelle République
- Cinq Mondes
- Confédération
Périodes :
Logo Empire Logo Rébellion Logo Nouvelle République Logo NOJ Logo Legacy

 
La frégate d’escorte Nebulon-B EF76, conçue par les ingénieurs de Kuat Drive Yards, était un vaisseau de guerre destiné à l’origine à servir l’Empire et à achever n’importe quelle forme de dissidence qui pouvait alors exister. Mais peu à peu, il devint un élément incontournable de la flotte rebelle pendant la Guerre Civile Galactique notamment. Dépourvue de l’aspect brutalement efficace commun à tous les appareils capitaux de l’Empereur, la frégate ne semblait pas à sa place dans l’armada de l’ordre nouveau. Ayant reçu au départ la dénomination de « vaisseau d’escorte EF76B », l’engin pouvait paraître, de prime abord, « sur-conçu ».

En effet, ayant été créé par les chantiers de Kuat, également à l'origine des fameux destroyers stellaires impériaux, il semblait lent et lourd à manœuvrer, avec une section avant plus grosse et disproportionnée par rapport à la partie affectée à la propulsion, de fait plus petite et plus compacte.  Les apparences étaient toutefois trompeuses, comme bon nombre d’autres transports spatiaux qui réservaient parfois des surprises. La conception du vaisseau était pleine de ressources.

Nécessitant trente fois moins de personnel qu’un destroyer stellaire pour opérer avec efficacité, les frégates étaient aussi moins coûteuses, tant pour leur construction que pour leur mise en fonction. Leur aspect quelque peu excentrique leur permettait de se défendre sur absolument tous les fronts ; en outre, elles pouvaient accueillir en leur sein deux escadrons de chasseurs TIE.

Les Nebulon-B étaient destinés à escorter les lents convois commerciaux impériaux et n’avaient donc aucun besoin vital de se déplacer à grande vitesse. Leur propulseur Triple Taim, leurs sept moteurs principaux et leur motivateur d’hyperdrive faisaient largement l’affaire et leur permettaient de voyager à des vitesses atteignant parfois les 40 TAMG ; et, quoique les destroyers stellaires pussent avoisiner, au maximum de leurs capacités, les 60 TAMG, ce résultat était au bout du compte très satisfaisant pour les tâches impériales.

Malgré tout, certaines critiques soulignèrent les difficultés de maniabilité du vaisseau. Ces opinions, néanmoins, étaient injustement fondées, car un appareil d’une telle envergure – 300 mètres de longueur –, ne pouvait espérer se mesurer à la vélocité indéniable de la plupart des chasseurs stellaires. Par ailleurs, la frégate disposait d’un blindage suffisamment solide lui permettant de résister à des assauts soutenus durant de longues périodes palliant ainsi ses quelques faiblesses apparentes. Nécessitant donc une défense inébranlable, la coque de l’engin avait été conçu en conséquence dans un alliage de titanium renforcé et comportait également des boucliers projetés améliorés Delphus JC-671. Combinés, ils garantissaient aux commandants et aux membres de l’équipage une relative sécurité. Néanmoins, malgré ses fortes défenses, la frégate d’escorte n’était pas invulnérable aux attaques et, dans les quelques années suivant son introduction, l’Alliance Rebelle parvint à en obtenir de nombreuses.

Le vaisseau était constitué de deux parties reliées par un pont plus étroit. La plus imposante section, au design complexe et irrégulier, comportait à son extrémité une batterie de senseurs avant et arrière, ainsi que les turbolaser et canon laser principaux. Sur le haut de la coque se logeait les antennes faisant office de systèmes de communication. Dans la section plus petite, contenant les sept moteurs, un déflecteur de générateur de bouclier saillait du haut de l'édifice, tandis que des vannes de décharges statiques, formant des sortes d'ailerons de part et d'autre de l'appareil, et le réacteur principal se situaient en dessous de cette portion du EF76.

Quant à l’armement, essentiel pour que ces engins repoussassent avec efficacité les attaques des nuées de chasseurs stellaires et pussent du même coup se défendre contre les autres transports armés plus impressionnants, douze canons laser de type Borstel RH8 avaient été intégrés, destinés aux assauts des petites unités spatiales, laissant les douze autres turbolasers de type Taim & Bak XI7 se charger des menaces plus sérieuses. Enfin, la frégate avait à sa disposition un lanceur de torpilles générique qui comprenait en général dix torpilles à protons en réserve.


nebulon

Le Faucon Millenium, maintenu sur la frégate, prêt à partir pour sauver Han Solo.
(DVD Star Wars: Episode VI – Return of the Jedi)


Comme les croiseurs stellaires mon calamari et les destroyers stellaires de classe Victory, les appareils d’escorte étaient équipés des protecteurs de rayon tracteur Phylon-Q7. Ceux-ci ne servaient pas seulement à capturer les transports ennemis ; en vérité, leur capacité à viser était limitée, particulièrement quand ils avaient affaire à des chasseurs stellaires petits et habiles. De ce fait, leur utilisation était généralement bien plus banale et dans le cas des frégates, ils servaient surtout à guider les navires spatiaux pour l’atterrissage ou à tracter ceux qui livraient des marchandises en détresse. Les besoins de la Rébellion étant très variés, les vaisseaux étaient peu utiles tels quels.

Nombre d’entre eux furent réaménagés de fond en comble pour de nouvelles utilisations, tandis que d’autres furent transformés en appareils de commandement ou même en frégate médicale, comme le Redemption, expressément modifié pour les besoins thérapeutiques des blessés rebelles. Quand ce genre de modifications avait lieu, les baies hangar étaient souvent converties en lieux de soins, contenant les équipements de survie tels la cuve à bacta par exemple. L’EF76 fut introduit sur le marché quelques mois après la Guerre des Clones, avant même que la Rébellion ne fût officiellement créée. Cette dernière dut utiliser principalement des chasseurs monoplaces pour harceler l’Empire à cette époque et il était difficile pour la petite association de constituer une véritable menace pour le gouvernement totalitaire. Toutefois, les forces de la  Résistance alderanienne, menées par Bail Organa et Alya Alderete, parvinrent à utiliser une frégate d’escorte, la Resurgence.


nb
La frégate est un élément essentiel de la flotte rebelle.
(DVD Star Wars: Episode VI – Return of the Jedi)


Peu après, la frégate d’escorte fut massivement employée par le gouvernement de Palpatine en réponse aux victoires de l’Alliance, notamment suite à la destruction de la Première Étoile de la Mort. Coûtant cinq fois moins qu’un destroyer stellaire impérial, ces vaisseaux furent explicitement conçus pour servir de protection contre les petits engins. Les amiraux Thrawn et Zaarin se servirent encore plus fréquemment des Nebulon-B en tant qu’appareils de commandement. Dès qu’ils sortirent des chaînes de production, l’ordre nouveau les utilisa comme escorteurs pour ses convois marchands lucratifs. L’introduction de ces appareils contraignit les Rebelles à adapter leurs tactiques militaires et leurs stratégies.


nb

Au-dessus d'Endor, la frégate Nebulon-B subit des attaques de chasseurs TIE mais résistera tout de même.
(DVD Star Wars: Episode VI – Return of the Jedi)


Se rendant compte que s’ils voulaient infliger une défaite à l’Empire, il leur faudrait leurs propres transports capitaux, l’Alliance commença à mettre hors de combat, aborder et capturer autant de frégates d’escorte que possible. Ainsi, les EF76 furent déployés par les deux adversaires de la Guerre Civile pour supporter, notamment, les vaisseaux de première importance. L’arrivée de la frégate dans la Rébellion, pour le prix de 194 000 000 crédits, la poussa à commencer à construire un tout nouveau chasseur stellaire monoplace. Le B-wing n’était pas aussi agile que ses équivalents X et  Y-wings, mais sa puissance le rendit plus menaçant pour les vaisseaux de l’Empire.

Trois ans après la Bataille de Yavin, ce fut à bord de la Redemption que Luke Skywalker reçut les soins du droïde médical 2-1B, ayant perdu une main pendant son duel contre Darth Vader sur Bespin. Tandis que le jeune apprenti Jedi se faisait greffer une nouvelle main, Lando Calrissian et Chewbacca, à bord du Faucon Millenium, se lancèrent à la recherche de Han Solo depuis la même frégate d’escorte. La plupart de ces vaisseaux servit en outre pendant la Bataille d’Endor et jouèrent un rôle décisif pour la victoire rebelle. Par une ironie du sort, quelques années la débâcle impériale sur la lune forestière, le Grand Amiral Thrawn entreprit de capturer plusieurs frégates pour ses propres desseins. Ses tentatives furent écrasées au cours de la Bataille de Sluis Van mais il infligea des dommages conséquents à la flotte rebelle.


nb

Les chasseurs rebelles tentent de protéger la frégate pendant la Bataille d'Endor.
(DVD Star Wars: Episode VI – Return of the Jedi)


Outre la Nebulon-B, il existait en plus une seconde frégate améliorée produite par Kuat Drive Yars, la Nebulon-B2. Quasiment similaire à son prédécesseur, les seules différences résidaient dans la section avant plus petite, qui était équivalente en taille à sa section de propulsion. Pour compenser cela et lui  donner plus de stabilité, le nouveau modèle fut équipé de deux ailes incurvées vers le bas. De plus, la deuxième version était équipée d’un meilleur armement, d’une vitesse subliminale plus importante, de systèmes de communication moins larges et d’une coque encore plus résistante.

Après la Bataille d’Endor, les ingénieurs de Kuat, suite à leur succès dû à la production des Nebulon-B, entamèrent le développement d’un nouveau vaisseau de 275 mètres de long sur le même modèle que son prédécesseur, la frégate de classe Corona, destinée à servir la Nouvelle République. Parce que celle-ci ne faisait pas partie du programme de modernisation républicain, les commandes pour ce nouvel appareil restèrent faibles. Certains d’entre eux furent toutefois utilisés pour le compte de la Force de Défense corellienne pendant la Guerre entre l’Alliance Galactique et la Confédération.


puce Sources

- Escort frigate dans la Databank
- Echoes of the Jedi
- A Reckoning of Wraiths
- Star Wars: X-wing
- The Farlander Papers
- Star Wars: Empire at War
- Star Wars: Empire at War: Forces of Corruption
- Star Wars: Empire: Darklighter
- X-wing Rogue Squadron ½
- Death Star Pirates
- Deadly Reunion
- Doom Mission
- Race for Survival
- Star Wars: Empire: A Little Piece of Home
- Star Wars: Empire: "General" Skywalker
- Star Wars Rebellion: My Brother, My Enemy
- Star Wars Rebellion: Small Victories
- Star Wars Rebellion 15: Vector, Part 7
- Star Wars Galaxies: An Empire Divided
- Star Wars: Force Commander
- Star Wars: Rogue Squadron II: Rogue Leader
- A Valentine Story
- The Paradise Detour
- Star Wars: TIE Fighter
- Star Wars: X-wing vs. TIE Fighter
- Star Wars: X-wing Alliance
- Droids Can't Fly
- Shadows of the Empire comic
- Shadows of the Empire novel
- Star Wars: Rogue Squadron III: Rebel Strike
- Entrenched
- Star Wars Episode VI: Return of the Jedi
- Star Wars: Return of the Jedi 3: Mission to Endor
- Star Wars: Return of the Jedi 4: The Final Duel
- One Last Night in the Mos Eisley Cantina: The Tale of the Wolfman and the Lamproid
- Therefore I Am: The Tale of IG-88
- Hard Merchandise
- A Day in the Life
- X-wing: Rogue Leader
- Lucky
- Star Wars 51: Resurrection of Evil
- The Vandelhelm Mission
- Gathering Shadows
- X-wing Rogue Squadron: Battleground: Tatooine
- X-wing Rogue Squadron: In the Empire's Service
- Star Wars: Jedi Knight: Dark Forces II
- Jedi Knight: Mysteries of the Sith
- X-wing: Rogue Squadron
- X-wing: Wraith Squadron
- X-wing: Iron Fist
- X-wing: Solo Command
- The Courtship of Princess Leia
- Heir to the Empire
- Dark Force Rising
- The Last Command
- Dark Empire
- Dark Empire II
- Champions of the Force
- I, Jedi
- Darksaber
- Shield of Lies
- Specter of the Past
- Vision of the Future
- Young Jedi Knights: The Emperor's Plague
- Dark Tide I: Onslaught
- Agents of Chaos I: Hero's Trial
- Enemy Lines I: Rebel Dream
- Enemy Lines II: Rebel Stand
- Destiny's Way
- Force Heretic I: Remnant
- The Unifying Force
- Betrayal
- Exile
- Inferno
- Star Wars Legacy 25: The Hidden Temple, Part 1
- Strike Force: Shantipole
- Imperial Sourcebook
- Rebel Alliance Sourcebook
- Black Ice
- Star Wars Gamemaster Kit
- Heir to the Empire Sourcebook
- Star Wars: The Roleplaying Game, Second Edition
- X-wing: The Official Strategy Guide
- Imperial Sourcebook, Second Edition
- Twin Stars of Kira
- Star Wars Screen Entertainment
- Rebel Alliance Sourcebook, Second Edition
- TIE Fighter: The Official Strategy Guide
- Star Wars Technical Journal
- The Truce at Bakura Sourcebook
- The Essential Guide to Vehicles and Vessels
- The Thrawn Trilogy Sourcebook
- Shadows of the Empire Planets Guide
- Star Wars: The Roleplaying Game, Second Edition, Revised and Expanded
- Gamemaster Screen, Revised
- Endgame
- Pirates & Privateers
- Cracken's Threat Dossier
- Lords of the Expanse
- Star Wars Trilogy Sourcebook - Special Edition
- The Jedi Academy Sourcebook
- Classic Adventures: Volume Five
- The Far Orbit Project
- Star Wars Encyclopedia
- Star Wars: Behind the Magic
-
"Death Star II Limited" – Star Wars Customizable Card Game (Carte : Nebulon-B Frigate)
- Jedi Knights Trading Card Game: Masters of the Force
- Starships of the Galaxy (2001)
- Roleplaying Game Revised Core Rulebook
- The New Essential Guide to Vehicles and Vessels
-
"TCG: The Empire Strikes Back" – Star Wars Trading Card Game
-
"A Legacy of Starships" – Star Wars Gamer 2


puce Informations

Auteur Cette fiche a été rédigée par Thypot le 27 janvier 2008.
Corr Cette fiche n'a pas été corrigée.

[Retour] - [Suivant]



Dernière modification effectuée le 11 novembre 2008 à 22:35 (CET+0100)