Logo CSS
Logo XHTML
Stats
visiteur(s) en ligne
352797 visiteurs
11 visiteurs aujourd'hui
88 fiches Star Wars

Partenaires

Logo SWE
Tous les partenaires






DIVERS > JEUX VIDÉO > DRAGON BALL Z : BUDOKAI TENKAICHI 2


Encyclo




Date de sortie : 30/03/07 (Version Wii, Europe)
Source des images : Jeuxvideo.fr ; Gamehope

Après un succès conséquent en anime, Dragon Ball s'est développé en jeux vidéo. Sur de nombreuses consoles, de la Super Nintendo à la PS2 en passant par la GBA ou la PSP, les aventures de Goku et de ses amis furent adaptées dans des versions plus ou moins intéressantes. Mais depuis quelques années, c'est la série des Budokai Tenkaichi qui a fait sa percée dans l'univers des manettes.

Tapion s'apprête à attaquer le monstre Hildegarn, comme dans l'OAV "L'Attaque du dragon".

Cet épisode sortit d'abord sur PS2, et conquit largement le public. Avec la sortie de la nouvelle machine de Nintendo, la Wii, la firme japonaise devait se devait de s'approprier d'une telle licence. Ce fut chose faite et dès le 19 novembre 2006, le jeu apparut dans les ludothèques américaines, puis ce fut au tour des Nippons le 1er janvier 2007 et, en dernière position, les Européens, le 30 mars de la même année.

Goku, utilisant le Kaïoken, sera-t-il capable d'affronter son ennemi saïyen, Thalès ?

L'attente de la version Wii peut être palliée par les quelques nouveautés ajoutées exclusivement à la console de Nintendo. Six personnages de plus – à savoir, pour les fans, Piccolo Daimaô, un soldat de Freezer, Apple, le robot de Pilaf ainsi que sa version avancée, et Cyborg Tao Paï Paï – sont comptabilisés. En tout, vous aurez le droit à un nombre assez impressionnant de protagonistes : 129, piochés avec soin parmi les sagas Dragon Ball, Z, GT mais aussi les différents OAV.

Tapion utilise un puissant Kikoha face à Hildegarn.

Il y a donc de quoi faire avec ce jeu mais les plus exigeants d'entre vous diront que certaines têtes sont absentes de ce DBZ. On ne trouve effectivement pas les androïdes 14 et 15 alors que le n°13, lui, est de la partie. Il en va de même pour certains personnages secondaires comme les bras droits de Slug, Bojack, la forme originale d'Hildegarn, l'immonde dragon, et bien d'autres. Mais ces quelques lacunes ne vous poseront, je suppose, aucun réel souci.

Frère contre frère...

Outre ces ajouts, un nouveau décor a été intégré à la version Wii. Il s'agit de l'environnement dans lequel se trouvait Baddack, le père de Goku, dans un OAV, c'est-à-dire une partie de l'espace encombrée par le vaisseau de Freezer. Les cartes originales, qu'on trouve dans l'adaptation précédente sur PS2, sont évidemment présentes. Il est ainsi possible de voler à travers des paysages nommés :

"Désert"
"Rocailles"
"Ville (ruines)"
"Col"
"Îles"
"Kame House"
"Glacier"
"Niveau Championnat du Monde"
"Arène de Cell"
"Terre dévastée"
"Sanctuaire"
"Salle du temps"
"Monde de Kaio Shin"
"Planète"
"Namek"
"Namek mourante"
"Espace"

Des fusions sont réalisables en plein combat. Ici, ce sont Vegeta et Goku.

Ces environnements sont assez vastes, mais limités par des "barrières", ce qui peut s'avérer gênant lorsqu'un enchaînement est effectué. Mais la sensation de libérté est toujours présente, et il est agréable de passer d'un milieu aquatique à un milieu terrestre par exemple.

Goku utilisant le fameux Kamehameha.

Pour ceux qui n'ont jamais entendu parler de la série des Budokai Tenkaichi, il convient de parler du gameplay. Tout comme dans la version PS2, le but du jeu est de mettre K.O. ses adversaires, en les assénant de coups puissants, de Kikohas (sortes de boules de feu), de Kamehameha ou encore de Genkidama. Les combos diffèrent pour chaque personnage, et les techniques sont plus invraisemblables les unes que les autres. À noter que des fusions pourront être effectuées en plein combat, ainsi que des transformations.

Combat déséquilibré : Pan VS Baby Vegeta !

La version Wii apporte une touche de difficulté à des combinaisons déjà complexes sur PS2. En effet, il faudra effectuer certains mouvements avec ses bras pour déclencher des attaques efficaces. Par exemple, pour qu'un Kamehameha se réalise, il faudra avancer puis reculer la Wiimote rapidement, et ce, en gardant le curseur de la manette sur l'écran. Ceci n'est donc pas une tâche simple, mais avec le temps et en terminant les tutoriaux, vous deviendrez, normalement, un vrai guerrier (quoique...).

Goku peut se transformer en Super Saïyen de niveau 3 en plein combat.

Les graphismes, quant à eux, ont été particulièrement bien travaillés et restent fidèles au dessin animé par leur design sobre et précis. Les attaques spéciales, une fois executées, sont impressionnantes. D'ailleurs, certaines d'entre elles, comme le Genkidama de Goku ou le Big Bang Kamehameha de Gogeta Super Saïyen 4, peuvent détruire complètement la planète. Après un court cinématique où l'on peut admirer l'explosion, nos personnages se retrouvent dans un cadre apocalyptique où tout n'est plus que ruine et désolation.

L'attaque Kaïoken fait des ravages.

Le jeu possède en outre une durée de vie exceptionnelle. Outre les multiples combats que vous pourrez disposer indéfiniment avec vos amis ou contre l'ordinateur, le mode "Aventure" comporte de nombreux scénarios, depuis l'arrivée des Saïyens jusqu'à la destruction de Li Shenron (Dragon Ball GT). Les OAV et films ne sont pas non plus épargnés et des passages alternatifs cachés pourront compléter votre appétit de victoire.

Gogeta face à Janemba.

Au fil du jeu, vous incarnerez plusieurs personnages principaux que l'on rencontre durant les différentes sagas. Ainsi, lorsque Raditz arrive sur Terre au début de DBZ, il vous sera possible de choisir Goku et Piccolo et d'affronter le Saïyen, comme dans le manga original. De même, Goku, parvenu à atteindre le stade de Super Saïyen, pourra défier Freezer en duel. Des cinématiques, d'ailleurs assez mal réalisés, interviennent parfois, nous laissant pantois devant un Gohan transformé anéantissant le terrible Cell.

Piccolo prépare son attaque favorite, le Makankosappo.

Entre chaque scénario, vous ferez avancer votre protagoniste sur une carte afin qu'il puisse s'approvisionner en artefacts pour augmenter ses pouvoirs ou rechercher les Dragon Balls pour que Shenron réalise un souhait. Plus on avance dans le jeu, et plus le nombre d'artefacts à acquérir augmente. Ceux-ci permettent d'élever le niveau de votre personnage en lui rajoutant des capacités, telles que "Attaque+5" ou "Défense+1". D'autres vous donneront la possibilité d'accomplir des actions plus abouties, comme de récupérer de l'énergie à un moment précis. Enfin, après avoir terminé des duels particuliers, la liste de vos personnages s'agrandira.

Goku en Super Saïyen assène Slug d'un coup de pied bien placé.

Il est également possible de disputer des combats dans d'autres modes ainsi répartis :

"Encyclopédie" : Des biographies détaillées sur tous les personnages du jeu, avec la possiblité d'admirer les silhouettes des héros sous toutes leurs coutures.

"Combat ultime" : Il vous faudra vous débarrasser de plusieurs adversaires à la suite.

"Tournoi" : Vous devrez affronter ici des guerriers sans tomber du ring ou en enchaînant les batailles sans regagner d'énergie.

"Duel" : Mode dédié aux assauts contre l'ordinateur (dont il est possible de régler la difficulté) ou contre un deuxième joueur.

"Entraînement" : On peut affûter ces techniques grâce à des tutoriaux.

"Évolution Z" : Mode dans lequel il est possible d'effectuer des fusions d'artefacts pour augmenter la puissance de nos héros ou tout simplement débloquer des personnages.

"Boutique" : Baba (ou, si vous préférez, Mamie voyante) vous ouvre les portes de sa boutique, dans laquelle vous pourrez acheter les artefacts qu'il vous manque avec des Zénis, argent de DBZ, récoltés au fil de vos combats dans le mode "Aventure".

"Données" : Créez vos personnages en entrant des codes spéciaux.

"Options" : Réglez le son, l'écran ou sauvegarder vos parties dans ce menu.

Du fait de sa richesse, il sera difficile d'évoquer toutes les possibilités du jeu. Mais il reste un point sur lequel il faut insister : les musiques. Celles-ci se révèlent presque insupportables. C'est là un des seuls points faibles du jeu, bien que ce problème ne soit pas présent dans la version originale, qui dispose des partitions de l'anime ! Eh oui, c'est assez rageant, mais il va falloir s'y faire. On notera enfin avec bonheur la présence des voix japonaises.


[Retour] - [Suivant]



Dernière modification effectuée le 13 octobre 2008 à 11:58 (CEST+0200)