Logo CSS
Logo XHTML
Stats
visiteur(s) en ligne
350234 visiteurs
10 visiteurs aujourd'hui
88 fiches Star Wars

Partenaires

Logo APY
Tous les partenaires






ESPÈCES INTELLIGENTES > GAMORRÉEN


Encyclo




Fiche de données

gamorreen

Origine :
Gamorr
Langage :
Gamorréen
Taille moyenne :
1,80 à 1,90 mètre
Membres :
- Fruk
- Ortugg
- Rog
- Uurk
- Krok
- etc.

 
pit
Compte tenu de sorties récentes ou d'absence de sources, cette fiche manque d'informations. Elle sera mise à jour au plus vite. Merci de votre compréhension.


Avec leur apparence porcine et leur peau verte, les Gamorréens étaient de rustres, violentes et stupides créatures, réputées pour leur agressivité, leur force et leur manque évident de manières. C’est pour ces raisons qu’ils étaient parfaitement adaptés pour accomplir les travaux les plus durs. Mesurant près de 1,80 mètre de haut en moyenne, ces bipèdes possédaient un groin répugnant et une mâchoire prognathe, constituée de défenses saillantes peu ragoûtantes. De par leur force massive et leur poids de 100 kilos, ils étaient souvent engagés en tant que gardes ou mercenaires, exécutants des tâches difficiles. Plusieurs colonies s’étaient installées dans le secteur Elrood, sur la planète Lanthrym.

Leur monde natal, Gamorr, était un monde agréable à l’écosystème varié, couvert d’épaisses jungles et de forêts constituées d’arbres à feuilles caduques. De nombreuses chaînes de montagnes, ainsi que des rivières à l’eau cristalline venaient s’ajouter à cet environnement harmonieux. Cependant, celui-ci ne caractérisait pas du tout le tempérament brutal et conflictuel des Gamorréens. En effet, leur société étant basée sur le combat, ils éprouvaient le besoin de se battre et de s’entretuer, provoquant guerres et autres événements violents entre les clans. Ainsi, ils avaient tenté, en vain, d’exterminer les Quizzers, petites créatures vivant sur leur monde.

La communauté de ces créatures était organisée d’une façon bien particulière. Les mâles, appelés verrats, passaient le plus clair de leur temps à l’entraînement et à la lutte. Les saisons étaient organisées autour de la préparation au pugilat, de son déroulement et de la récupération après le combat. Les femelles, quant à elles, étaient chargées de fonctions de production, telles que l’agriculture, la fabrication d’outils, la chasse, le tissage ou encore la gestion des affaires.


gamorreen

Groin, bave, défenses proéminentes : autant d'éléments qui peuvent répugner n'importe quel visiteur du palais de Jabba.
(DVD Star Wars Episode VI: Return of the Jedi)


Pourtant, la société gamorréenne était matriarcale. Des clans parsemaient la surface de la planète, chacun gouverné par une truie imposante, appelée matrone ou truie suprême, qui contrôlait tout et prenait les décisions relatives à la guerre, à la signature des alliances ou à l’affectation des mâles à des combats spécifiques. Son mari, le plus gros et le plus puissant verrat du clan, était appelé le général seigneur de guerre, mais c’est la matrone qui réglait le bon déroulement de la vie dans les tribus. Ces seigneurs belliqueux étaient en général sélectionnés par la truie pour leur adresse ou leur habileté à manier des armes. Les seigneurs inférieurs faisaient, eux, la plupart du temps, office de capitaines.

La hiérarchie se composait ensuite des verrats mariés des clans, dont le revenu qu’ils recevaient de leurs épouses leur permettait de se procurer une armure et des armes de meilleure qualité. Viennent ensuite les mâles domestiques, ou sangliers, qui constituaient le gros de l’armée d’une communauté. Ils étaient engagés par leurs clans respectifs. La plupart d’entre eux faisait preuve d’une loyauté relative et étaient enclins à errer.

Survivants de nombreux combats, les vétérans, existant en dehors du système hiérarchique normal, étaient particulièrement respectés et étaient chargés d’entraîner l’armée d’un clan. Les emblèmes du statut social atteint par un Gamorrén étaient les morrts, parasites visqueux, gros comme des rats, vivant sur le cuir épais d’un individu et se nourrissant des fluides corporels d’un hôte vivant.

Les sangliers considéraient ces créatures comme utiles et amicales ; ils les dressèrent de façon à ce qu’ils deviennent des animaux de compagnie. Mais les morrts affaiblissaient en réalité les espèces les moins résistantes. Plus un individu avait de ces bêtes sur lui, plus il était considéré comme fort et plus son statut social était élevé. Les matrones des clans, par exemple, ou certains seigneurs de guerre, pouvaient porter sur eux plus d’une vingtaine de ces animaux.

Les clans des Gamorréens se trouvaient dans un état de guerre perpétuelle ; les matrones femelles étant celles qui déterminaient les mâles qui doivent se battre et contre qui. Mais les tribus entretenaient des liens commerciaux entre eux et avec d’autres mondes, troquant souvent l’ord des pierres précieuses inutiles contre des armes ou de la nourriture. Par ailleurs, les provocations au combat étaient encouragées, et des tournois spéciaux étaient organisés autour des foires à la fin du printemps, à la fonte des neiges ; et au début de l’automne, au temps des moissons. Durant ces compétitions, les luttes cessaient dès la première goutte de sang. Toutefois, si un verrat venait défier le mari d’une matrone, les combats pouvaient allaient jusqu’à la mort.


gamorreen

Les gardes gamorréens de Jabba tétanisent complètement le pauvre C-3PO.
(DVD Star Wars Episode VI: Return of the Jedi)


Les Gamorréens comprenaient une bonne partie des langages galactiques ; mais leurs cordes vocales ne leur permettaient pas de s’exprimer dans une autre langue que la leur. Pour une oreille non exercée, leur langage n’était qu’une succession de grognements et couinements incompréhensibles. Ils possèdent aussi une tradition de l’écrit rudimentaire utilisé pour la traduction, mais également pour consigner la généalogie des matrones de clans.

Selon eux, les manifestations d’intelligence étaient la preuve d’une mauvaise éducation ; elles étaient donc désapprouvées. Malgré cela, en hiver, durant les grands froids, les verrats courtisaient les truies convoitées en rédigeant ou en payant quelqu’un pour écrire à leur place des poèmes d’amour et de dévotion. Nombre d’expatriés des systèmes distants arrivaient à vivre correctement sur Gamorr en écrivant quelques vers très rustres pour le compte des mâles en mal d’amour.

La religion gamorréenne était très rudimentaire, puisque la plupart de cette espèce pensait que certains lieux et objets avaient un esprit. Une hache efficace, le site d’une bataille glorieuse ou encore un arbre singulier prenaient alors une toute autre forme à leurs yeux. Les esprits des plus grands ancêtres étaient supposés conseiller les matrones et les seigneurs de guerre.

Il en allait ainsi des lieux de meurtre, qui seraient hantés par des fantômes vengeurs et puissants de la victime. Cet acte de barbarie était sévèrement proscrit et censuré par les Gamorréens et par leur code d’honneur très strict. Bien qu’il soit permis de défier un individu ou même de le tuer lors d’un combat loyal, le bannissement était prévu pour ce qui concerne les actes de tromperie ou d’embuscade, qui constituaient un meurtre.

Chez les Gamorréens, l’utilisation d’armes technologiques, comme les blasters, étaient considérée comme un déshonneur et une faute de goût. On privilégiait l’usage d’un arsenal plus que primitif, constitué de vibro-haches, de lourdes massues, ou d’épées. Les créatures préféraient en outre les combats rapprochés, où ils pouvaient utiliser leurs armes favorites, battre leurs adversaires et avoir la chance de choisir une compagne.

Le seigneur du crime intergalactique Jabba le Hutt, installé dans son palais sur Tatooine, comprit bien vite qu’il avait besoin de gardes pour sa forteresse. C’est ainsi que les créatures sans cervelles gamorréennes furent utilisées comme gardes du corps, à cause de leur brutalité légendaire. Il en engagea quelques-unes, les assignant à des tâches qui nécessitaient le recours à la violence.

Certains Gamorréens considéraient le Hutt comme un bon maître, car il les laissait parfois tuer les prisonniers. L’un des gardes du palais tomba dans la fosse au rancor en essayant de désarmer Luke Skywalker, arrivé pour délivrer ses amis. Le porc fut dévoré en un clin d’œil par l’énorme monstre. Une autre de ces créatures avait été employée comme pilote dans l’Escadron Rogue, ce qui constituait un fait très rare pour ces bêtes.


gamorreen

Un garde gamorréen est tombé involontairement dans la fosse du rancor en même temps que Luke.
(DVD Star Wars Episode VI: Return of the Jedi)


puce Sources

- Gamorrean dans la Databank
- Galaxy Guide 5: Return of the Jedi, Second Edition
- Galaxy Guide 9: Fragments from the Rim
- Galaxy Guide 10: Bounty Hunters
- Pirates & Privateers
- Alien Encounters
- The Essential Guide to Planets and Moons
- The Essential Guide to Alien Species
- The New Essential Guide to Alien Species
- The Essential Guide to Characters
- Ultimate Alien Anthology
- The Dark Forces Saga
- Star Wars Adventure Journal 10
- Star Wars Adventure Journal 12
- Galactic Campaign Guide
- Geonosis and the Outer Rim Worlds
- Star Wars Episode VI: Return of the Jedi
- Star Wars Galaxy 3
- Star Wars Galaxy 5
- Ultimate Adversaries
- The Official Star Wars Fact Files
- Star Wars: The Roleplaying Game, First edition
- Star Wars: The Roleplaying Game, Second Edition, Revised and Expanded
- Star Wars Sourcebook
- Star Wars: The Visual Dictionary
- The Dark Side Sourcebook
- Star Wars Miniatures: Rebel Storm
- Star Wars Miniatures: Bounty Hunters
- Wretched Hives of Scum and Villainy
- Planets of the Galaxy, Volume Three
- Scavenger Hunt
- "Who Is That Alien? Ithorians & Gamorreans" – Star Wars Kids 8
- Roleplaying Game Revised Core Rulebook
-
"Jabba's Palace Limited" – Star Wars Customizable Card Game
- The Essential Guide to Weapons and Technology
- "The Nuns of G'aav'aar'oon" – Challenge 43


puce Informations

Auteur Cette fiche a été rédigée par Thypot le 19 février 2007.
Corr Cette fiche n'a pas été corrigée.


[Retour] - [Suivant]



Dernière modification effectuée le 13 octobre 2008 à 11:58 (CEST+0200)