Logo CSS
Logo XHTML
Stats
visiteur(s) en ligne
350374 visiteurs
15 visiteurs aujourd'hui
88 fiches Star Wars

Partenaires

Logo APY
Tous les partenaires






DROÏDES > DROÏDE-SUPERVISEUR EV-9D9


Encyclo




Fiche de données

ev

Constructeur :
MerenData
Taille :
1,90 mètre
Modèle :
Série de droïdes-superviseurs EV
Équipement :
- Antenne / récepteur de grandes ondes
- Matrice logique
- Comlink binaire à haute
fréquence
- Servopinces
Affiliations :
- Entourage de Jabba le Hutt
- Cité des Nuages de Bespin
Périodes :
Logo Empire
 
Droïde défectueux parmi tant d’autres lâchés dans une galaxie peu méfiante, EV-9D9 disposait d’une programme corrompu, et c’est pourquoi sa méchanceté et son aspect sadique dépassaient de loin l'apparence de ses congénères ratés de type EV. Ces traits nihilistes et vindicatifs, jumelés à un instinct de conservation outrecuidant et à une notion élevée de leur propre importance, en faisaient des automates atypiques et particulièrement dangereux. On savait d'ailleurs d'eux qu'ils aimaient se délecter en assistant à la souffrance de leurs compagnons robotisés, qu’ils appréciaient encore plus voir se faire désactiver ou, mieux encore, se faire mettre en pièces.

Conçu pour surveiller et superviser, cette gamme de produits mécaniques EV avait été développée à l’origine par MerenData. La façade agréable de cette entreprise de taille moyenne cachait en fait un double visage bien plus sinistre et leurs EV symbolisaient parfaitement cette duplicité. Destinée à n’être plus qu’un produit ordinaire pour la gestion industrielle, une série entière de droïdes fut pourtant équipée accidentellement de motivateurs MDF qui avaient été fabriqués pour des droïdes de torture.

Les premiers rapports concernant les performances des unités EV furent extrêmement positifs : ils parvenaient à augmenter à un degré insoupçonnable la productivité des automates qui leur étaient assignés. Mais la raison de ce succès devint vite apparente ; les droïdes sous leurs ordres étaient motivés par la peur. Ils étaient terrifiés à l’idée d’être punis s’ils ne réussissaient pas à atteindre les objectifs visés. Les plaines commencèrent alors à affluer dans les bureaux de MerenData mais il fallut la menace d’une poursuite judiciaire pour que la firme rappelle la série dans sa totalité.

Dans la majeure partie des cas, ce fut un succès complet. Toutefois, quelques exceptions étaient à noter ; et certains droïdes parvinrent à éviter la capture. EV-9D9, de programmation féminine et du haut de ses 1 mètre 70, faisait partie de ceux-là. On sait qu’il débarqua sur la Cité des Nuages de Bespin, mais les conditions et la situation de son arrivée en ces lieux demeure cependant inconnues. Il est presque certain que c’est là qu’il fut remarqué par les autorités pour la première fois. Il occupait alors le poste de chef de la sécurité robotique.


ev

La salle de torture du droïde superviseur recelait de nombreux cadavres de robots divers.
(DVD Star Wars Episode VI: Return of the Jedi)


Ses agissements se résumaient à une torture fréquente et un démontage presque systématique des robots qui lui étaient présentés, comme la majorité des douze droïdes superviseurs présents au sein de la Cité, eux aussi détruits sans scrupule, dont 12-4C-41, aussi appelé Wuntoo. La méchanceté du EV-9D9 ne fut découverte qu’après qu’il eut commis déjà plusieurs forfaits. Disposant d’un instinct de survie plus développé que la moyenne, il était probablement renforcé par le curieux troisième photorécepteur du droïde qui servait de capteur secondaire à ses systèmes de scanners.

Cet instinct était si fort que, quand ses actes de barbarie furent remarqués par Sarl Random, officier de sécurité, qui démasqua le sadique droïde en découvrant qu’il avait anéanti plus du quart de la population électronique de la localité, EV-9D9 parvint en fin de compte à s’échapper de la Cité des Nuages, coordonnée par le baron administrateur Lando Calrissian. Pour cela, il créa une série de diversions : il paralysa d’abord plusieurs unités de répulsion qui maintenaient la cité en suspension ; puis lança un vaisseau avec un pilotage automatique, l’utilisant comme leurre afin que les clouds cars partissent à sa poursuite. Enfin, il put s’enfuit à bord d’un deuxième appareil volé, appartenant à une guilde minière et baptisé Iopene Princess


ev

C-3PO et R2-D2 sont emmenés dans la salle de torture du Palais de Jabba le Hutt et présentés devant un EV-9D9.
(DVD Star Wars Episode VI: Return of the Jedi)


EV-9D9 termina finalement sa course au Palais de Jabba le Hutt sur Tatooine, où il fut assigné comme responsable du pool de droïdes du seigneur du crime. Au fil des années, l’automate avait reconstruit une bonne partie de ses circuits afin d’augmenter l’intensité et la qualité des sensations de plaisir qu’il éprouvait lorsqu’il était amené à supplicier ses victimes. Son nouvel emploi lui offrait illimité d’assouvir son appétit croissant pour la plupart des sentiments désagréables pour un être de chair, c’est-à-dire la douleur et la torture.

Son erreur de programmation, qui lui conférait cette forte tendance à la cruauté, résidait surtout dans sa tête, qui comportait un centre de logique altéré. Néanmoins, malgré leurs personnalités défectueuses, les droïdes de type EV constituaient d’excellents superviseurs, connus pour leur efficacité brutale sur le lieu de travail, mais aussi pour leur extrême compétence pour surveiller l’activité des autres petits cyborgs. Son aspect quasiment humanoïde était dû à ses photorécepteurs orange qui pourraient s’apparenter à des yeux.


ev

Les senseurs du droïde superviseur et sa bouche articulée lui donnent un aspect atypique.
(DVD Star Wars Episode VI: Return of the Jedi)


En outre, un clapet articulé imitait le langage en mimant les mouvements de la bouche pour donner à l’EV-9D9 un côté encore plus conscient. Sa coque pectorale abritait en son centre un servomoteur cervical, ressemblant à une cage thoracique ; et un axe énergétique au bas de la coque desservait un montage pelvien pouvant être reliés à des jambes ou à des chariots motorisés. Derrière ce bassin mécanique se situait un circuit de recharge faisant également office de port d’accès. Enfin, les jambes dont il disposait se basaient sur un système de servopinces et de servomètre, permettant au droïde de se dresser sur des membres moulés en duracier.

EV-9D9 aimait à contempler le dépeçage de ses congénères cybernétiques, mais il faisait aussi de bonnes trouvailles pour son maître hutt. Quand C-3PO fut emmené dans les cachots du Palais de Jabba, le sadique robot l’y attendait et avait prévu d’utiliser ses connaissances linguistiques pour parachuter le droïde de protocole comme interprète personnel du seigneur du crime. Mais le plaisir du superviseur mécanique ne dura pas longtemps, puisque Luke Skywalker se rendit sur Tatooine pour sauver ses amis.


ev

L'EV-9D9 dispose de bras articulés.
(DVD Star Wars Episode VI: Return of the Jedi)


Le Jedi, accompagné de sa bande, parvint à sauver Han Solo. Mais à ce moment, un droïde victime de EV-9D9 sur la Cité des Nuages, 12-4C-41, qui n’avait pas été détruit, refit surface et réussit à retrouver la trace de son tortionnaire. Avec une efficacité brutale et froide, il démembra sans hésiter le défectueux produit de MerenData, démonta son capteur de douleurs et le laissa à la merci des autres droïdes cruellement défigurés de la salle de torture succombant ainsi au même sort qu’il réservait à ses nombreuses victimes. Le règne de la terreur dans le monde mécanique de EV-9D9 venait de s’achever.


puce Sources

- EV-9D9 (Eve-Nindenine) dans la Databank
- Who's Who in Jabba's Palace
- Alliance Intelligence Reports
- The Official Star Wars Fact File
- Star Wars: The Complete Visual Dictionary
- Star Wars Episode VI: Return of the Jedi
-
"Jabba's Palace Limited" – Star Wars Customizable Card Game (Carte : 8D8)
- "Jabba's Palace Limited" – Star Wars Customizable Card Game (Carte : EV-9D9)


puce Informations

Auteur Cette fiche a été rédigée par Thypot le 3 janvier 2008.
Corr Cette fiche a été entièrement corrigée.


[Retour] - [Suivant]



Dernière modification effectuée le 13 octobre 2008 à 11:58 (CEST+0200)